Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Père Marie-Dominique Philippe

Père Marie-Dominique Philippe

Mieux connaître la personnalité du fondateur des "p'tits gris". Réponse au soupçon de "non-chasteté".

La tendresse d'un père

Publié par Amélie sur 20 Mai 2013, 15:48pm

Catégories : #Sa personnalité

La tendresse d'un père

Le père Marie-Dominique Philippe était un père.En plus de l'autorité, du discernement, il avait aussi la tendresse. Il n'était pas froid et distant. Il savait être chaleureux.

Aujourd'hui, être chaleureux pour un prêtre peut porter à confusion, étant donné les cas désastreux que l'on entend dans les médias. Mais lui, ce n'était pas cela; Il n'hésitait pas à nous embrasser, avoir une accolade... comme un vrai père, quoi !

Où est le crime ?

Commenter cet article

Muriel 11/06/2013 12:07

Il y a 4O ans, lors d'une retraite à Paray-le-Monial, mon mari et moi-même avons eu l'immense grâce de rencontrer le Père Marie-Dominique. Au fil des années, à la lecture de ses écrits et de ses cassettes, nous nous sommes sentis de plus en plus interpellés par son Amour pour le Christ et la Vierge Marie. Un Amour Fou que jamais nous n'avons ressenti chez aucun religieux (aussi bons prêtres fussent-ils!) sur notre chemin d'époux ... de parents ... de vie!
Cet Amour, qu'il n'a eu de cesse de communiquer, de transmettre JUSQU'AU BOUT avec une rare densité.
Un Amour LIMPIDE et PUR, inspiré de Jésus ... comme Jésus le manifesta Lui-même tout au long de Sa Vie terrestre.
Un Amour de Compassion, Un Amour de Miséricorde et de Tendresse à l'égard de TOUS ceux qui venaient à lui, assoiffés d'Amour Divin.
Oui, le Père Marie-Dominique était un Père, Protecteur de CHAQUE Vie qui lui était confiée.
Ses gestes étaient des gestes de TENDRESSE sans équivoque AUCUNE!
Ceux qui l'ont connu connaissaient si bien ses gestes paternels à l'image de notre Père Céleste ... des gestes qui vous invitaient à vous confier à l'Amour et à la Tendresse sans mesure de Celui qui EST, qui ETAIT et qui VIENT : notre Père à tous, Père de Jésus.

M.G. 09/06/2013 20:32

La relation de paternité spirituelle avec le Père Marie-Dominique Philippe était très exigeante afin de nous faire grandir dans la vie évangélique. Le Père Philippe vivait du mystère de Dieu, de l'amour miséricordieux du Père avec beaucoup d'intensité, de profondeur, de radicalité du don de sa part. Il nous exhortait souvent à tout donner à Jésus et à la Vierge Marie, il nous tournait vers Dieu en s'effaçant complètement soi-même. Il était très pauvre et très miséricordieux. A chaque fois que je m'agenouillais à ses côtés pour me confier à lui et l'écouter, il me semblait entrevoir la Vierge Marie au-dessus de lui, à ses côtés. Il était très serein, dans une paix profonde, très léger, radiant de lumière, tout à l'écoute de l'autre et de l'Esprit Saint. Il m'a appris à me confesser. Il était très simple et très respectueux d'autrui : il exigeait une relation très correcte afin que tout soit dit clairement, dans la lumière de Dieu. Il nous conduisait sur les sommets de la vie de foi avec Dieu. Il était un ami très fidèle sur qui on pouvait toujours compter, même dans les luttes les plus difficiles.Il cherchait la vérité avec beaucoup d'humilité et de sagesse, avec l'émerveillement d'un enfant. Il était toujours à l'écoute des autres et de la réalité. Venant d'un régime athée communiste, il m'a découvert la radicalité d'un instrument de Dieu tout offert à l'Amour, en témoignant de Lui avec ferveur et humilité. Comme Jésus, il nous exhortait à nous offrir à Dieu par amour, les uns pour les autres, dans un don très radical. C'est comme cela que Dieu a changé nos vies à travers sa rencontre. Il était comme marqué par le sceau d'un grand appel à réveiller tout homme à la réalité, à le faire venir à la Lumière et à l'Amour.

Philippe Ronssin 23/05/2013 23:14

.../... le pape critique les ragots : « Il y a tant de ragots dans l’Église ! Et le ragot, c’est vraiment chercher à se faire du mal l’un à l’autre, comme si on voulait le diminuer. Cela ne va pas », dit le pape qui condamne ainsi la désinformation, qui consiste à dire seulement les choses qui nous arrangent, la moitié de la vérité ; la diffamation, elle, détruit la réputation de quelqu’un en racontant un de ses manquements ; et enfin, la calomnie, qui consiste à raconter des choses qui ne sont pas vraies. Désinformer, diffamer et calomnier sont des péchés : « C’est donner une claque à Jésus en la personne de ses enfants, de ses frères », a conclu le pape François à Sainte Marthe le samedi 19 mai.

Jerome 24/05/2013 10:58

Le texte entier de cette homélie est d'ailleurs disponible ici : http://www.news.va/fr/news/desinformer-diffamer-et-calomnier-sont-des-peches
Cette homélie du Pape tombe au moment même des révélations faites par les frères, faut il y voir un lien de cause à effet ?

Jerome 23/05/2013 12:23

Aujourd'hui il est suspicieux d'avoir des gestes de simple tendresse dans l'Eglise, mais rappelons nous Saint Jean sur le Coeur du Christ ou Marie Madeleine lavant les pieds de Jesus ... ne confondons pas la tendresse exprimée à des gestes avec une connotation sexuelle sans équivoque !